En Allemagne, l’autorité de surveillance est exemptée de toute responsabilité. Un participant individuel au marché ne peut ni exiger de l’Autorité fédérale de surveillance des services financiers qu’elle prenne des mesures appropriées (par exemple en matière de market timing) ni exiger des dommages et intérêts en cas d’erreur de la part de l’autorité de surveillanceEn effet, l’Autorité fédérale de surveillance des services financiers exerce ses fonctions dans l’intérêt public et non pas à la demande d’acteurs individuels du marché. Dans d’autres pays (comme l’Italie), l’autorité de surveillance est soumise à une telle responsabilité. – En Allemagne également, la littérature juridique exige qu’en cas de faute commise par des collaborateurs de l’Office fédéral de surveillance des services financiers ou de l’Autorité bancaire européenne, c’est l’autorité elle-même (c’est-à-dire l’État ou la BCE) qui doit être tenue pour responsable, et non les établissements à surveiller qui doivent supporter tous les coûts de la surveillance. – Voir à ce sujet le rapport annuel 2003 de la BaFin, p. 86 et suivantes.

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/