si les taux d’intérêt augmentent, les intérêts perçus par les créanciers augmentent également. En revanche, si les taux d’intérêt baissent, les emprunteurs disposeront de plus d’argent pour consommer. Mais comme il est empiriquement prouvé que la propension à dépenser (propensity to buy) des créanciers est plus faible que celle des débiteurs, une hausse des taux d’intérêt aura un effet modérateur sur la demande globale. En revanche, une baisse des taux d’intérêt a un effet stimulant sur la demande (demand-stimulating effect). – Voir Effet du coût du capital, Politique de taux bas, Taux zéro, Taux d’intérêt réel.

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/