Selon la norme IAS (39.9), un instrument financier ou un autre contrat qui présente les trois caractéristiques suivantes : la valeur du contrat varie en fonction de la variation du prix d’une marchandise, d’un taux d’intérêt, d’un taux de change ou d’une autre variable, appelée sous-jacent (financial contract the value of which depends on the value of one or more underlying reference assets, rates or indices, on a measure of economic value or on factual events, such as weather conditions);le contrat ne nécessite pas de paiement initial ou nécessite un paiement initial. un paiement initial inférieur à celui d’autres contrats qui réagissent de manière similaire aux changements des facteurs de marché ; et le contrat sera exécuté à l’avenir. – L’objet sous-jacent du contrat est appelé l’actif sous-jacent (underlying [asset]) ou la base de référence (reference base). – La raison du grand attrait des produits dérivés réside dans le fait que l’investisseur spécule avec une mise de fonds nettement plus faible que lors de l’achat ou de la vente des valeurs de base. S’il opte pour un produit dérivé, il peut obtenir un rendement (en capital) relativement important avec un investissement (en capital) relativement faible. On parle dans ce contexte d’effet de levier. – Les produits dérivés complètent les marchés financiers en rendant les facteurs de risque négociables. D’autre part, les produits dérivés rendent de plus en plus difficile pour les banques centrales d’appréhender avec précision la masse monétaire. Entre 1997 et 2006, le marché mondial des produits dérivés a été multiplié par dix. Dans le sillage de la crise des subprimes, le marché des produits dérivés s’est toutefois effondré, car nombre de ces titres étaient devenus difficilement compréhensibles en termes de risque. Par conséquent, les produits dérivés nouvellement émis ont dû être rendus plus transparents afin de trouver de nouveaux acheteurs. – La loi relative à la transposition de la directive concernant les marchés d’instruments financiers et de la directive d’exécution de la Commission (Finanzmarktrichtlinie-Umsetzungsgesetz [FRUG]) du 16 juillet 2007 définit : “Les produits dérivés au sens de cette loi sont – 1. Les opérations à terme fixe ou optionnel, sous forme d’achat, d’échange ou autre, à exécution différée, dont la valeur découle directement ou indirectement du prix ou de la mesure d’un actif sous-jacent (opérations à terme), portant sur les actifs sous-jacents suivants : – a) valeurs mobilières ou instruments du marché monétaire, – b) devises ou unités de compte, – c) taux d’intérêt ou autres revenus, – d) indices des actifs sous-jacents visés aux points a), b) ou c), autres indices financiers ou mesures financières, ou – e) produits dérivés ; – 2. Les contrats à terme de gré à gré portant sur des marchandises, des taux de fret, des quotas d’émission, des variables climatiques ou autres variables physiques, des taux d’inflation ou d’autres variables économiques ou d’autres actifs, indices ou mesures sous-jacents, à condition qu’ils soient : – a) réglables en espèces ou qu’ils confèrent à une partie le droit d’exiger un règlement en espèces sans que ce droit résulte d’une défaillance ou d’un autre événement mettant fin au contrat ; – b) conclus sur un marché organisé ou dans le cadre d’un système multilatéral de négociation ; ou – c) conclus conformément à l’article 38, paragraphe 1, de la présente Convention. 1 du règlement (CE) no 1287/2006 de la Commission du 10 août 2006 portant mesures d’exécution de la directive 2004/39/CE du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les obligations des entreprises d’investissement en matière d’enregistrement, le compte rendu des transactions, la transparence du marché, l’admission des instruments financiers à la négociation et certains termes utilisés dans cette directive (JO UE no L241, p. 1), présentent les caractéristiques d’autres instruments dérivés et sont utilisés à des fins non commerciales, et que les conditions de l’article 38, paragraphe 1, ne sont pas remplies. 4 du présent règlement et pour autant qu’ils ne soient pas des opérations au comptant au sens de l’article 38, paragraphe 2, du règlement (CE) no 1287/2006 ; – 3) les contrats pour différences financières ; – 4) les opérations à terme fixe ou optionnel, à exécution différée, consistant en l’achat, l’échange ou toute autre forme de transfert du risque de crédit (dérivés de crédit) ; – 5) les opérations à terme portant sur les actifs sous-jacents visés à l’article 39 du règlement (CE) no 1287/2006, pour autant qu’elles remplissent les conditions prévues au point 2.” – Voir service de règlement, certificat, certificat d’option sur taux d’intérêt, certificat de crédit, obligation, obligation de compensation des dérivés, obligation d’information sur les dérivés, code des produits dérivés, architecture financière, instrument financier, instrument dérivé de crédit, obligation sur indice, fiche d’information sur l’instrument financier, contrat à terme sur matières premières, swap sur taux d’intérêt au jour le jour, instrument dérivé de temps, dénomination, opérations sur produits dérivés, bilatérales. – Voir également l’article 2, paragraphe 2 de la WpHG ainsi que les définitions et les classifications figurant dans le bulletin mensuel de la BCE de mai 2000, p. 42, le rapport annuel 2004 de la BaFin, p. 177 (Derivateverordnung [DerivateV] de février 2004 ; ici, une mesure affinée des risques est également prescrite), le rapport annuel 2009 de la BaFin, p. 17 (règlement obligatoire des opérations sur produits dérivés hors bourse via des contreparties centrales), p. 42 (produits dérivés de gré à gré, p. 112 (règles comptables), rapport mensuel de la Deutsche Bundesbank d’août 2005, p. 39 (échéances très longues), rapport mensuel de la Deutsche Bundesbank de juillet 2006, p. 55 et suivantes. (présentation détaillée avec aperçus, mettant également l’accent sur l’influence des produits dérivés sur la stabilité du système financier), rapport annuel 2010 de la BaFin, p. 46 (surveillance des produits dérivés de gré à gré), rapport sur la stabilité financière 2011, p. 43 s. (manque de transparence du négoce de gré à gré en général et des marchés de produits dérivés de gré à gré en particulier), rapport annuel 2011 de la BaFin, p. 41 (réglementation des produits dérivés de gré à gré), Rapport sur la stabilité financière 2012, p. 92 et suivantes (marché des produits dérivés de gré à gré depuis 2003 ; questions de réglementation), Rapport annuel 2012 de la BCE, p. 134 (refonte de la directive concernant les marchés d’instruments financiers), Rapport annuel 2013 de la BaFin, p. 163 (nouvelles prescriptions pour les transactions sur produits dérivés de gré à gré par le DerivateV révisé).

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/