En ce qui concerne le marché financier, politique (économique) qui, à l’intérieur du pays, laisse les mains libres aux banques et aux bourses et qui, de la part de l’État, contribue également à leur développement. Cependant, toute relation avec les marchés financiers étrangers reste interdite. On pense ainsi pouvoir s’isoler des crises internationales. – Cette revendication, encore défendue aujourd’hui dans certains forums sur Internet, doit son nom au ministre français Jean Baptiste Colbert (1619-1683), qui a forgé la devise (liberté et protection) pour la politique économique en général comme principe à son époque. – On ignore ici que même sur un marché intérieur protégé, il n’est pas possible, pour diverses raisons – par exemple : des catastrophes naturelles telles que des tremblements de terre, des inondations ou des conditions météorologiques exceptionnelles, des épidémies, des troubles sociaux pouvant aller jusqu’à la guerre civile – des distorsions sur les marchés (financiers) peuvent très bien se produire, mais elles pourraient être atténuées par une interconnexion internationale des marchés financiers afin de compenser les risques et d’en faire profiter le pays et ses habitants. – Voir cloisonnement, économie de devises forcée, cloisonnement des capitaux.

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/