Dans le langage des journalistes financiers, il s’agit des quatre membres de la zone euro, auxquels certains ont ajouté l’Italie. Ces pays présentent actuellement des caractéristiques économiques similaires, à savoir une croissance de la productivité plus faible et des coûts salariaux unitaires plus élevés que la moyenne de la zone euro, et donc une compétitivité moindre. – La Grèce a adhéré frauduleusement à l’Union monétaire en 2001, lorsque le gouvernement socialiste de l’époque a communiqué de faux chiffres à la Commission de Bruxelles. L’absence de réformes structurelles et une politique de dépenses insouciante ont fait grimper le déficit public de la Grèce à plus de 90 pour cent du produit intérieur brut à la fin de l’année 2008. En conséquence, une fuite massive des titres publics grecs s’est produite à partir de l’automne 2008, sapant toujours plus la solvabilité du pays. – Selon les calculs de la BCE, si l’union monétaire n’avait pas existé, les monnaies espagnole, portugaise et grecque auraient été dévaluées de 15 %, mais le DEM aurait dû s’apprécier dans le même temps d’un montant similaire. Un ajustement monétaire allant jusqu’à trente pour cent aurait donc été nécessaire pour compenser les différences de coûts de production européens. – Au printemps 2010, les banques européennes détenaient 140 milliards d’euros d’obligations d’État grecques et 120 milliards d’euros d’obligations d’État ibériques dans leur portefeuille. Un éventuel défaut de paiement des émetteurs aurait conduit de nombreux établissements de l’UE à l’insolvabilité. – Voir dévaluation, fiscale, peur, perverse, spread obligataire, ajustement, symétrique, rachats, banque centrale, bail-out, dysfonctionnement, monétaire, euro-obligations, commune, Union monétaire européenne, erreur fondamentale, Fonds monétaire européen, explosion de l’UEM, péché mignon de la BCE, pacte budgétaire, Government spreads, engouement pour l’hellénisme, politique salariale, coordonnée, Plan C, idéologie du retour, limite des sept pour cent, abus de TARGET, redistribution, déséquilibres, induits par la banque centrale, internes à l’UEM, respect du traité, écarts de croissance, internes à la zone monétaire, effet de change, réel, statut concurrentiel, surveillance. – Voir le rapport annuel 2008 de la BCE, p. 93 et suivantes (différences de compétitivité de certains États membres de l’UE ; aperçus), le bulletin mensuel de la Deutsche Bundesbank de novembre 2011, p. 43 (primes pour les emprunts d’État des Pigs depuis 2009), le rapport annuel 2011 du BaFin, p. 131 et suivantes (investissements des assureurs-vie dans les États Pigs).

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/