Une taxe prélevée dans de nombreux pays sur le chiffre d’affaires issu du commerce des valeurs mobilières, selon les modalités prescrites par la loi. – En Allemagne, cette taxe a été supprimée en 1991. – Sa réintroduction est réclamée avec insistance, surtout dans les milieux politiques de gauche (left-wing political circles), afin de ponctionner les “riches”. En Allemagneles petits investisseurs qui ont placé leurs économies dans des actions et des fonds d’actions seraient les plus touchés. On pense notamment 2,4 millions de souscripteurs (mi-2013) de contrats d’épargne en actions Riester (Riester personal equity investment plans) ainsi qu’aux millions d’actifs qui cotisent à des contrats d’assurance vie pour leur future retraite. C’est à eux que la taxe serait transférée (the stock turnover tax would be passed-on to the savers and insured persons described above). En revanche, les “riches” visés effectueront très rapidement leurs transactions en bourse dans les pays qui ne prélèvent pas d’impôt sur les opérations boursières. – Voir le cachet du certificat final.

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/