Dans le cadre de Bâle II, il s’agit d’une mesure de l’exigence minimale de fonds propres. Comme dans Bâle I, le ratio de fonds propres, c’est-à-dire le rapport entre les fonds propres et les actifs pondérés en fonction des risques, doit être d’au moins huit pour cent. – Voir ratio de couverture, ratio de fonds propres réglementaires, ratio de levier, ratio de capital-risque, capacité d’absorption des pertes. – Voir Rapport sur la stabilité financière 2012, p. 38 s. (la productivité des actifs des établissements allemands depuis 2002 ; aperçu), Rapport mensuel de la Deutsche Bundesbank de mai 2013, p. 59 et suivantes (fonds propres réglementaires des banques dans le cadre de Bâle III).

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/