Tant les IAS/IFRS que les US GAAP font de la présentation fidèle (fair presentation) la règle comptable suprême, et non le principe de prudence (conservatism principle). L’importance de ce principe est toutefois différente selon les IAS/IFRS et les US GAAP. Alors que selon les US GAAP, il s’agit d’un “overriding principle”, ce qui signifie que l’on peut – ou peut-être même que l’on doit s’écarter de certaines dispositions pour améliorer la pertinence des comptes annuels (in order to improve the information value of the financial statement), les IAS/IFRS n’incluent pas systématiquement une telle interprétation. Le principe ne doit être utilisé que dans de très rares circonstances exceptionnelles (extremly rare circumstances). Sinon, on part du principe que les principes en aval et les prescriptions individuelles conduisent globalement, s’ils sont suffisamment appliqués, à une présentation dans les comptes annuels qui satisfait à l’exigence d’une présentation crédible. – Voir informations, dissimulées, évaluabilité, obligation d’édition, juste valeur, IAS 39, surcharge d’informations, texte clair, partie courte, rien, bilanciel, obligations de retraite,
Publicité, situationnel, fondé sur des règles, permanence, principe de substance sur forme, transparence, intelligibilité, prévisions, principe de prudence, importance relative, fiabilité, utilité. – Cf. rapport annuel 2006 de la BaFin, p. 55 s. (principales réserves prudentielles concernant le principe du FASB de présentation crédible).

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/