L’objectif de cette taxe était d’endiguer les nuisances causées par les capitaines de plaisance (leisure captains) sur les eaux intérieures, notamment le bruit, les vagues (wave impact, wash of the waves), les gaz d’échappement, les dommages causés aux structures des quais (damnages on embankment structures) et à la nature en général. La base de calcul était donc la force motrice des chevaux (horsepower of the engine), et le taux d’imposition pour les bateaux rapides était donc élevé ; à Berlin, selon la loi du 28 mars 1923, il pouvait atteindre 300 marks par an. – A partir de 1990 environ, la taxe sur les bateaux a été réintroduite ici et là. Sur d’autres plans d’eau, principalement ceux servant à la fourniture d’eau potable (drinking water provision), les bateaux à moteur privés ont été totalement interdits.

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/