Dans le cadre de l’UEM, il doit exister dans les différents pays participants des mécanismes (mechanisms : a system of parts that operate and act together like those of a machine) qui atténuent les déséquilibres ou assurent un développement globalement homogène par rapport aux autres pays membres. – Si les données macroéconomiques fondamentales d’un pays se détériorent (worsening of macroeconomic data such as productivity, employment, wages and salaries, terms of trade, burden of public debt, etc.) et que les biens sont produits à un prix trop élevé, c’est-à-dire si sa compétitivité diminue, les investisseurs éviteront ce pays et les citoyens locaux changeront de monnaie. Le taux de change de la monnaie du pays problématique baisse. La baisse du taux de change agit comme un signal pour changer les conditions qui ont conduit à cette situation. – Dans l’UEM, un tel signal d’alarme (alarm signal) n’existe pas, car tous les pays participants ont adopté l’euro comme monnaie commune. C’est pourquoi les différents membres doivent élaborer des mesures légales pour leur pays et, si nécessaire, les mettre en œuvre afin de corriger à temps l’évolution de la crise (critical development) dans ce pays. Il s’agit en premier lieu de limiter l’endettement public, de renoncer à des prestations sociales luxueuses (luxury social benefits) comme la retraite (pensioning-off, retirement) dès 58 ans et de mettre en place des autorités compétentes. Il s’agit notamment de l’administration fiscale, de la promotion de la flexibilité du marché du travail, de la promotion de la concurrence, de l’amélioration des incitations dans les systèmes de prestations, du soutien public à la recherche et au développement d’inventions révolutionnaires. – Il s’est avéré que dans de nombreux États membres de l’UEM, ces mesures n’ont pas été suffisamment mises en œuvre, ni même planifiées, car elles sont impopulaires et coûtent généralement des voix aux politiciens. Malgré l’exclusion d’un renflouement, convenue dans le traité de l’UE, on s’en est finalement remis à l’aide d’autres membres – et c’est d’ailleurs ce qui s’est produit pour la première fois lors de la crise grecque. – On peut se demander si une union politique européenne (European political union) permettrait d’éliminer ces erreurs et ces faiblesses (inconsistencies and weaknesses) de l’actuelle UEM ; il faudrait en tout cas modifier des éléments fondamentaux du traité. Or, une union politique – si tant est qu’elle existe – ne peut voir le jour qu’après de nombreuses années en raison de la longueur de la procédure constitutionnelle (long and difficult constitutional procedure) dans tous les États participants. Pour cette raison déjà, elle ne convient pas comme moyen de lutte contre une crise au sein de l’UEM. – Les mesures d’adaptation à l’évolution économique commune, la flexibilisation interne, sont incontournables. – Voir rachats, banque centrale, sauvetage des banques, bazooka, blame game, acheteur en dernier ressort, interdiction de financement des déficits, dysfonctionnement, zone monétaire, principe du vote unique,
euro-obligations, commun, Fonds européen de stabilité financière, Union monétaire européenne, erreur fondamentale, Europayer, péché de la BCE, solidarité financière, garantie, bombe à fric, vache à lait, opérations sur le marché monétaire, prêteur en dernier ressort, Government
Guaranteed Bond, Government Spreads, Pression des pairs, Méthode italienne, Critère KaldorHicks, Politique salariale, coordonnée, Aléa moral, Plan C, Agrafe politique, Retard politique, Idéologie du retour, État fantôme, Plafonnement des taux d’intérêt des emprunts d’État, Pacte d’amortissement de la dette, induit par la banque centrale, européen, Filet de sécurité, global, Single Master Liquidity Conduit, Mécanisme de stabilisation, européen, Pacte de stabilité et de croissance, Fonds de stabilité, européen, crédit de secours, transfert, déguisé, Union de transfert, redistribution, dette-productivité-enchaînement, fait de croissance et de dette, historique, zone monétaire, optimale, à deux voies.

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/