Grande banque allemande rachetée en janvier 2009 par la Commerzbank AG. Exactement 137 ans après sa création, l’établissement avait littéralement perdu son existence. Toutes les réserves avaient été absorbées ; le ratio de fonds propres de base s’était réduit à un niveau tout juste admissible, mais loin d’être suffisant, de quatre pour cent. L’actionnaire unique, Allianz Versicherung AG, dont le siège est à Munich, a dû injecter des milliards d’euros dans la banque. – Pendant trop longtemps, Allianz a laissé faire les banquiers d’affaires de la Dresdner Bank, jusqu’à ce que de nouvelles pertes de plusieurs milliards s’accumulent. – Le rachat de la Dresdner Bank par Allianz est également considéré comme un modèle de fusion ratée (failed merger). Au lieu de devenir un “prestataire de services financiers”, les deux parties ont coexisté. Enfin, le contribuable a payé pour la vente de la Dresdner Bank à la Commerzbank, dans la mesure où la Commerzbank, devenue plus grande, a dû être soutenue à hauteur de 18 milliards d’euros, après que la Dresdner Bank ait accumulé de nouvelles pertes de plusieurs milliards, inconnues auparavant (piled up). – Voir Bankassekuranz, Bankenfusionsjahr, deutsches, Portabilität. – Voir le rapport annuel 2010 de la BaFin, p. 150 (risques d’intégration lors du rachat de la Dresdner Bank par la Commerzbank).

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/