Aufsätze Ökonomik

Aufsätze Pädagogik

Aufsätze Sozialethik

Verschiedenes

Prof. Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol., Dipl.rer.oec.

Abhandlungen über Johann Heinrich Jung-Stilling

Nachtodliche Belehrungen zur Ökonomik

Nachtodliche Belehrungen zu Persönlichkeiten

Nachtodliche Belehrungen zur Philosophie

Nachtodliche Belehrungen zur Theologie

Nachtodliche Belehrungen zu verschiedenen Themen

 

Crise financière (financial system crisis)

graves perturbations pouvant aller jusqu’à l’effondrement complet (collapse, breakdown) du système financier dans une zone monétaire ou dans le monde entier. – Les perturbations dans un segment du marché financier, comme par exemple dans le cas des titres garantis par des hypothèques de moindre qualité lors de la crise des subprimes de l’été 2007 ; de telles perturbations se répercutent toujours inévitablement d’une manière ou d’une autre sur d’autres segments du marché financier et, comme dans le cas de la crise des subprimesont également des conséquences de grande portée dans le temps (far-reaching implications for a long period). – Si cela entraîne une perte de confiance générale et une forte chute des cours boursiers, seul l’État, par le biais d’un fonds de garantie dédié, peut encore inverser la tendance et éviter l’effondrement total du système financier. Comme l’a montré la crise des subprimes, même les banques centrales individuelles sont dépassées dans une telle situation. Même une mise à disposition généreuse de liquidités en soi ne parvient pas à rétablir la confiance dans le bon fonctionnement des marchés financiers (the functioning : the smooth running). – C’est ce qu’a montré en particulier la crise mondiale des subprimes à partir de 2007, dont les différentes étapes sont expliquées étape par étape dans le Rapport sur la stabilité financière 2009. En fin de compte, les
Les causes de cette crise sont une trop grande orientation à court terme (short-term orientation) dans le système financier. Cela a eu un fort impact sur la production. Le niveau de performance économique mondial de 2008 n’a pu être atteint qu’en 2013 au plus tôt. Selon les estimations, le potentiel de production en Allemagne a perdu deux pour cent. Pour faire face à la crise financière, tous les gouvernements ont dépensé plus d’un quart du produit national brut mondial pour des mesures d’aide (rescue packages). – Les mesures prises dans le cadre de l’assouplissement quantitatif pour surmonter cette crise ont eu pour conséquence que, dans la plupart des pays, les épargnants ont dû payer la majeure partie des coûts consécutifs (lion’s share) par le biais des rendements diététiques. Les gouvernements de nombreux pays ont dû se porter garants des banques en difficulté, ce qui a augmenté la dette publique et a même conduit certains États (crise irlandaise) au bord de la faillite. De plus, l’argent dépensé n’était plus disponible à d’autres fins – comme l’éducation, les investissements dans l’infrastructure. – Voir Effets de contagion, Basé sur les banques, Crise bancaire, Carry Trades, Rendement diététique, Appel d’offres à trois ans, Garantie des dépôts, européen, Question d’Elisabeth, Crise financière, Evitabilité, Crise financière, Charges, Fonction de discipline du marché financier, Effondrement du marché financier, Stabilité du marché financier, Loi sur la stabilisation du marché financier, Thèse de la peur, Fonds de garantie, Lacune d’information, Risque de crédit, Directives de crédit, Règle fondamentale d’octroi de crédit, systémique, crise, induite par la banque centrale, crise des garanties, programme de répartition de la charge de la crise, pool de liquidités, approche mark-to-model, protocole d’accord, loi de Murphy, aide d’urgence en matière de liquidités, procyclicité, assouplissement quantitatif, culture du risque, run, argent fictif, crise de la dette souveraine, fonds de stabilité, européen, conflit systémique, marché financier, politique de camouflage, effet sous-marin, perte de confiance, commerce des citrons. – Cf. bulletin mensuel de la BCE de novembre 2007, p. 18 et suiv. (transmission de la crise des subprimes aux différents segments du marché financier), bulletin mensuel de la BCE d’avril 2008, p. 95 et suiv. (principes adoptés par le Conseil Ecofin en octobre 2007), bulletin mensuel de la Deutsche Bundesbank de janvier 2009, p. 26 et suivantes (évaluation quantitative de la crise financière dans le cadre de l’enquête sur les prêts bancaires ; aperçus), Bulletin mensuel de la BCE de janvier 2009, p. 18 et suivantes (rééquilibrage des portefeuilles dans le cadre de la crise des marchés financiers), Rapport annuel 2008 de la BCE, p. 27 et suivantes (p. 33 et suivantes (impact sur M3 ; p. 37 et suivantes : Crise financière et marché monétaire ; aperçus ; p. 113 ss : mesures de politique monétaire), Bulletin mensuel de la BCE de juin 2009, p. 109 s (effondrement du commerce extérieur dans la zone euro suite à la crise financière ; aperçus), Bulletin mensuel de la Deutsche Bundesbank de juin 2009, p. 56 s (demande de billets de banque pendant la crise financière), Bulletin mensuel de la Deutsche Bundesbank de septembre 2009, p. 17 et suiv. (octroi de crédits pendant la crise financière ; aperçus), Bulletin mensuel de la Deutsche Bundesbank d’octobre 2009, p. 22 et suiv. (les investissements publics nécessitent un calcul de rentabilité même en période de crise financière), Bulletin mensuel de la Deutsche Bundesbank de décembre 2009, p. 27 (dommages au potentiel de production), Rapport annuel 2009 de la BCE, p. 81 et suiv. (mesures de soutien de l’État ; aperçus, références), Rapport sur la stabilité financière 2009, p. 61 (estimation des pertes de la crise financière qui a suivi la crise des subprimes), Bulletin mensuel de la BCE de janvier 2010, p. 67 ss (politique monétaire de la BCE dans la crise financière ; présentation et évaluation des différentes mesures), Bulletin mensuel de la BCE d’avril 2010, p. 77 ss. (évaluation sommaire des mesures de soutien ; nombreux aperçus ; références bibliographiques), Bulletin mensuel de la Deutsche Bundesbank de mai 2010, p. 42 s. (répercussions de la crise financière sur les entreprises, les ménages et l’État), Bulletin mensuel de la BCE de juin 2010, p. 108 s. (répercussions de la crise financière en particulier sur les flux de capitaux au sein de la zone euro ; aperçus), Bulletin mensuel de la BCE de juillet 2010, p. 93 s. (répercussions de la crise financière en particulier sur les flux de capitaux au sein de la zone euro ; références bibliographiques). (répercussions de la crise financière sur les pays d’Europe centrale et orientale ; nombreux aperçus), Bulletin mensuel de la BCE d’octobre 2010, p. 17 ss (répercussions de la crise financière sur le commerce mondial), Bulletin mensuel de la BCE d’octobre 2010, p. 63 ss (mesures prises par la BCE pendant la crise financière : présentation détaillée ; nombreux aperçus), Rapport annuel 2010 de la BCE, p. 174 ss. (participation de la BCE à la résolution de la crise financière) ; Bulletin mensuel de la BCE de janvier 2011, p. 93 ss (effets de la crise financière sur la coopération politique en Europe ; impulsions individuelles en vue d’une meilleure coopération internationale), Bulletin mensuel de la BCE de février 2011, p. 66 ss (comparaison avec les crises survenues depuis 1974 ; nombreux aperçus), Rapport annuel 2010 de la BaFin, p. 19 ss (chronologie des événements survenus en 2010), Bulletin mensuel de la BCE de juin 2010, p. 105 sqq. (impact de la crise financière sur les pays d’Europe centrale et orientale ; aperçus), Bulletin mensuel de la BCE d’octobre 2011, p. 107 sqq. (reflet de la crise financière dans les comptes nationaux), Bulletin mensuel de la BCE de mai 2012 (présentation comparative détaillée, large et approfondie des crises financières les plus récentes, au Japon, aux États-Unis et dans l’UEM ; nombreux aperçus), Rapport annuel 2011 de la BaFin, p. 21 et suiv. (chronologie des événements de 2011), Rapport sur la stabilité financière 2012, p. 20 et suiv. (crise de confiance dans l’UEM et ses causes), 32 et suiv. : le système financier allemand dans la crise financière ; nombreux aperçus), Bulletin mensuel de la Deutsche Bundesbank de janvier 2014, p. 41 et suiv. (surmonter la crise de confiance déclenchée par la crise financière ; nombreux aperçus ; références bibliographiques).

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@jung-stilling-gesellschaft.de
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/

Sidebar