Autrefois, il s’agissait d’une taxe payable immédiatement en espèces par les charrettes pour l’utilisation de certaines routes, comparable au péage actuel. Le péage était généralement versé à la caisse nationale pour la construction et l’entretien des routes. Le long des routes à péage (chargeable streets), des barrières mobiles (turnpikes : movable barriers set across a road to prevent passage until a toll had been paid) et des maisons de perception (toll houses, also known as toll booths) étaient installées pour collecter cette taxe. Les diligences incluaient dans la taxe le droit de chaussée à payer, ainsi que le droit de pont, le droit de gué, le droit de bavure et le droit de porte. – On fait parfois la distinction entre le péage et le droit de passage. Selon cette définition, le péage de route est une taxe pour l’autorisation d’emprunter une route ; les titulaires d’une charte blanche (document seigneurial qui conférait autrefois certains privilèges à une personne, le titulaire de la charte jouissant donc d’un statut d’exception) étaient donc exemptés de cette taxe, qui était acquittée avec le péage de permission payé. En revanchela taxe de chaussée est un paiement pour l’entretien des routes (fee to help recuperate road maintenance). – Voir Baumgeld, Brückengeld, Citymaut, Dammsollgeld, Dieselgeld, Fährgeld, Furtgeld, Hafengeld, Geleitgeld, Krangeld, Maut, Mautgeld, Permissionsgeld, Schirmgeld, Schutzgeld, Torgeld, Transitgeld, Ungeld, Vignette, Wägegeld, Wartegeld.

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/