Un système de paiement par Internet introduit depuis janvier 2009. En principe, tout le monde peut y participer en rejoignant la communauté Bitcoin. Pour utiliser les bitcoins comme monnaie de réseau, il faut installer un portefeuille sur son ordinateur ou son smartphone. Le portefeuille est en quelque sorte un porte-monnaie numérique dans lequel est stocké un avoir virtuel. – Les bitcoins sont également appelés crypto-monnaies car toutes les transactions sont cryptées et il est donc difficile de savoir qui paie qui et combien. – L’Autorité fédérale allemande de surveillance des services financiers a classé les BIC de manière juridiquement contraignante comme des instruments financiers sous la forme d’unités de compte conformément à l’article 1, paragraphe 11, première phrase, de la loi sur le crédit. Il s’agit d’unités comparables à des devises et qui ne sont pas libellées en monnaie ayant cours légal. Entrent dans cette catégorie les unités de valeur qui jouent le rôle de moyens de paiement privés dans les opérations d’échange circulaire, ainsi que toute autre monnaie de substitution qui, en vertu d’accords de droit privé, est utilisée comme moyen de paiement dans des circuits de compensation multilatéraux. L’existence d’un émetteur central n’est pas pertinente. – Les BIC ne sont pas de la monnaie électronique au sens de la loi sur la surveillance des services de paiement (ZAG), car il n’y a pas d’émetteur qui émet des BIC en justifiant une créance sur lui-même. Il en va autrement des monnaies numériques, derrière lesquelles se trouve un organisme central. Les BTC n’ont pas non plus de cours légal et ne sont donc ni des devises ni des variétés. L’utilisation commerciale des BIC peut toutefois entraîner une obligation d’autorisation selon la loi sur le crédit. En l’absence de cette autorisation, il peut s’agir d’une infraction au sens de l’article 54 de la loi sur le crédit. En revanche, la simple utilisation de BIC comme monnaie de substitution à l’argent liquide ou à l’argent scriptural en monnaies légales pour participer au circuit économique n’est pas une activité soumise à autorisation. De même, l’extraction (mining ; mining) des BIC ne constitue pas en soi une activité soumise à autorisation, car le mineur n’émet ou ne place pas lui-même les BIC. De même, la vente ou l’achat de BIC extraits ou acquis ne sont en principe pas soumis à autorisation. Toutefois, si d’autres circonstances s’ajoutent, l’obligation d’autorisation peut être déclenchée. C’est le cas lorsque les BIC ne sont pas seulement extraits, achetés ou vendus pour participer à un marché existant, mais lorsqu’une contribution particulière est apportée pour créer ou maintenir ce marché. En raison de l’élément de service supplémentaire, il s’agit alors d’un négoce pour compte propre soumis à autorisation conformément à l’article 1, paragraphe 1a № 4 KWG. C’est par exemple le cas lorsqu’une entité fait de la publicité sur le marché en annonçant qu’elle achète ou vend régulièrement des BIC. Un autre exemple est celui des pools de minage qui proposent à titre commercial des parts de revenus issus des BIC minés et vendus contre la mise à disposition de la puissance informatique par l’utilisateur. – De nombreux articles ont été publiés sur les avantages et les inconvénients des BIC, tout comme sur des systèmes de monnaie de réseau similaires. – En février 2014, la plus grande plateforme d’échange de BIC, la bourse japonaise de bitcoins Mt. Gox, a fait faillite. La raison principale était la perte par vol de 750’000 BIC de clients ainsi que de 100’000 autres que Mt. Gox détenait dans son propre portefeuille. Des BIC d’une valeur d’environ 430’000 EUR ont également été volés à la banque canadienne de bitcoins Flexcoin ; et ce prestataire de services a également fermé sa banque de bitcoins par la suite. – Voir Procédures de paiement, innovantes, Linden-Dollar, PayPal, Quickgeld, monnaie régionale, monnaie de compensation – Cf. rapport annuel 2013 de la BaFin, p. 59 s. (les bitcoins sont des instruments financiers au sens du § 1, al. 11 de la loi sur le crédit ; s’ils deviennent un objet de négoce, une autorisation est nécessaire à cet effet).

Attention : le lexique financier est protégé par des droits d’auteur et ne peut être utilisé qu’à des fins privées sans autorisation expresse !
Professeur d’université Dr. Gerhard Merk, Dipl.rer.pol, Dipl.rer.oec.
Adresse électronique : info@ekrah.com
https://de.wikipedia.org/wiki/Gerhard_Ernst_Merk
https://www.jung-stilling-gesellschaft.de/merk/
https://www.gerhardmerk.de/